Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

C.V.

Généralités :

 

Détenteur d'un DUT Tech de Co obtenu en 2000 à Epinal, j'ai évolué, une dizaine d'années durant, dans l'univers des radios FM avant de créer ma boîte dans le design sonore et l'évenementiel du point de vente (www.agence-cdesign.com) en 2009. La communication en général et les médias font partie de mes centres d'intérêts : j'enseigne la communication commerciale depuis 2011 à l'Université de Lorraine.


Du genre "hyperactif", j'ai un passé de danseur de rock acrobatique, d'animateur de soirées, de volontaire à AIDES, de président d'association sportive, de candidat aux élections cantonales, d'animateur radio et de présentateur de soirées. Aujourd'hui, je partage mon temps entre mon bureau de chef d'entreprise, les IUT de Metz et Thionville et les salles des fêtes où j'anime des soirées conviviales.


 

Particularités :

 

J'ai un frère jumeau, Arnaud.

Je suis fier d'être vosgien.

Je ne m'énèrve jamais.

Je suis toujours optimiste.

J'adore le chocolat.

J'ai un blog !

 

 

Pour m'écrire :

 

lionel.cossin@yahoo.fr

29 avril 2010 4 29 /04 /avril /2010 21:08

sacem.jpgEtes-vous au courant que j’ai créé une entreprise il y a 16 mois ? Si on s’est rencontré depuis janvier 2009, alors je vous en ai certainement parlé ! Cette nouvelle activité professionnelle ne me laisse plus beaucoup de temps pour les loisirs… à moins de considérer mon travail comme un loisir ! Grâce à un de mes fournisseurs, je suis en mesure de proposer à des commerçants des ambiances musicales libres de droits afin qu’ils réalisent l’économie de la Sacem, la fameuse taxe sur la diffusion de musique en public. Conséquence : les contrôleurs régionaux de la Sacem ne sont pas contents ! Pourtant, je suis à des années lumières d’atteindre le chiffre d’affaires de 763 millions d’euros, le montant total des perceptions de la Sacem en 2009. Je suis également très loin du salaire de Bernard Miyet, patron de la Sacem… 33000 euros mensuels (je n’ai pas mis un « zéro » de trop !). La Cour des Comptes vient d’épingler pour la 7e année consécutive cette puissante organisation (non gouvernementale !)

cd-musique.jpgPlus je rencontre des commerçants, moins je comprends le mode de calcul de la Sacem. Les critères sont tellement complexes, qu’il n’existe pas un calcul rationnel ! Deux commerçants ayant la même activité, la même superficie et le même chiffre d’affaires peuvent ne pas avoir la même redevance à régler. Les restaurateurs paient très chers (parfois jusqu’à 1000 euros l’année), tandis que les coiffeurs s’accommodent souvent de 120 euros l’an. Et une fois cette taxe réglée, combien vont dans la poche des artistes ? C’est un grand mystère… y compris pour la Cour des Comptes. Il semblerait que le système privilégie les « poids - lourds » que sont Hallyday, Goldman, Sardou, etc. Face au développement d’Internet et la chute des ventes physiques de musique, il n’est plus utile de déposer sont œuvre à la Sacem : d’autres circuits plus équitables se développent ! Je rêve qu’un jour, la Sacem n’ait plus le monopole de la collecte des droits d’auteur. De toutes façons, la Sacem n’est pas un service public, et aucune loi oblige un diffuseur à la payer.

Partager cet article

Repost 0
Published by lnyoyo - dans lionelcossin
commenter cet article

commentaires